42% des salariés victimes d'incivilités au travail

42% des salariés victimes d'incivilités au travail

42% des salariés sont victimes de comportements impolis ou dérangeants sur leur lieu de travail, de la part de clients, de visiteurs ou même collègues selon une étude du cabinet de conseil en management Eleas.

Selon une enquête du cabinet spécialisé dans la lutte contre les risques psychosociaux Eléas menée par l'institut Ginger, 42% des salariés du public comme du privé se déclarent "très exposés" ou "assez exposés" aux incivilités. Près de la moitié des salariés (46%) estiment par ailleurs que les incivilités ont augmenté ces dernières années.

Qu'entendent les salariés par "incivilités" ?
Non-respect des codes de politesse, de courtoisie et des règles (66%), violence verbale et les comportements agressifs (21%), dégradation matérielle (10%), propos discriminatoires (7%), comportements inappropriés (1%)... Autant de comportements du quotidien qui nuisent au bien-être des salariés. Ceux-ci viennent de personnes extérieures le plus souvent (54% de clients, patients, parents d'élèves...) mais aussi des collègues de travail (48%), des managers voire de la direction (18%) ou encore mieux, des représentants du personnel eux-mêmes (6%). 
Au sein de l'entreprise, 8 sondés sur 10 citent en tête des impolitesses les parties communes laissées sales ou en désordre et les collègues bruyants gênant la concentration.

Une pression insidieuse sur les salariés
"Contrairement à d'autres formes de violences au travail, les incivilités ne sont pas spectaculaires, mais elles constituent - par leur répétition - une pression insidieuse pour les salariés" explique Xavier Alas Luquetas, dirigeant fondateur d'Eléas. "Le stress chronique et/ou le mal-être qu'elles occasionnent ont un impact significatif sur la santé physique et psychique des personnes comme sur leur implication dans le travail."
Ces incivilités, qui sapent la motivation et l'engagement des salariés à l'égard de leur travail et de leur entreprise, ne semblent pourtant pas sauter aux yeux des employeurs. Seuls 35% des salariés pensent que leur employeur est conscient des problèmes et qu'il prend des mesures.

(Enquête menée en ligne du 20 février au 6 mars 2014 auprès d'un échantillon représentatif de 1 008 salariés, selon la méthode des quotas)

le 12/06/2014 par Priscilla Gout

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 700 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies