A l'INERIS, les postes sont ouverts aux personnes handicapées

A l'INERIS, les postes sont ouverts aux personnes handicapées

L'Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques (INERIS) va recruter en 2009 une trentaine d'ingénieurs et une soixantaine de stagiaires. Cet établissement public, basé dans l'Oise, est spécialisé dans la prévention des risques industriels. A l'INERIS, les métiers de recherche et d'expertise sont ouverts aux personnes handicapées suite à une politique d'intégration volontariste que nous détaille Sylvain Nicolas, Adjoint au directeur des Ressources Humaines.

Quel est le coeur de métier de l'INERIS ?

L'INERIS est un institut d'expertise et de recherche sous tutelle du ministère chargé de l'Ecologie. Notre métier c'est la prévention des risques industriels. Notre mission est d'évaluer et de prévenir les risques accidentels ou chroniques pour l'homme et pour l'environnement liés aux installations industrielles, aux substances chimiques et aux exploitations souterraines. Notre Institut existe depuis 1990 et emploie près de 600 personnes dont 58% d'ingénieurs et des cadres, principalement au siège qui se situe à 40 minutes au Nord de Paris, à Verneuil-en-Halatte dans l'Oise. Sur ce site, se trouvent également nos principales installations et nos laboratoires.

Quelles sont vos différentes missions dans le domaine de la prévention des risques industriels ?

Nous avons deux grandes activités complémentaires : la recherche et l'expertise. La recherche a pour objectif de mieux comprendre les phénomènes liés aux risques industriels. Elle permet également de concevoir des méthodologies et des outils d'évaluation pour prévenir ces risques. L'autre volet expertise nous conduit à intervenir en appui des pouvoirs publics (qualification de méthodes d'évaluation des risques ou des pollutions, évaluation des moyens de prévention, appui à la règlementation, surveillance...), mais aussi auprès des industriels dans le cadre de missions d'études, de conseil, de formation et de certification de leurs installations. Nos domaines d'intervention sont nombreux et concernent à la fois les risques liés aux substances chimiques, aux pollutions industrielles, les risques accidentels (explosions, incendies...).

A l'INERIS, vous disposez de moyens importants pour conduire vos travaux de recherche ?

Effectivement, nous disposons de laboratoires d'analyses physico-chimiques et de moyens d'essais parmi les plus importants au plan national, tant pour étudier l'impact des polluants sur le vivant, que pour la compréhension des phénomènes accidentels. Et l'expertise que l'on vend aux pouvoirs publics ou aux industriels s'appuie concrètement sur ces travaux de recherches. Les ingénieurs qui travaillent chez nous interviennent donc autant dans la recherche que dans l'expertise sur le terrain.

Combien de personnes recrutez-vous chaque année ?

Nous avons eu un gros plan d'embauches l'an dernier avec une cinquantaine de recrutements. En 2009, nous recherchons une trentaine de collaborateurs dans le cadre de la croissance de nos effectifs.

Quels types de profils privilégiez-vous ?

Essentiellement des ingénieurs, en CDI pour les 30 postes à pourvoir. Les profils qui nous intéressent le plus sont des personnes qui, aujourd'hui ou demain, seront des spécialistes du risque industriel. Des candidats capables de travailler sur l'impact des substances chimiques sur l'environnement ou sur l'homme, ou bien des spécialistes de la sécurité des installations industrielles.

L'INERIS est un établissement public, quel est le statut des personnes que vous embauchez ?

Nous avons une politique d'embauche identique à celle d'une entreprise privée, il n'y a pas de concours pour travailler à l'INERIS ; nous dépendons de la convention collective de la chimie. Un candidat qui veut rentrer à l'INERIS envoie son CV, il est ensuite reçu par la DRH et les opérationnels. Ce sont des recrutements "classiques".

L'INERIS mène également une politique volontaire pour intégrer des personnes handicapées...

Oui, nous avons signé fin 2007, un accord en faveur de l'insertion des personnes handicapées. Par cet accord nous nous sommes engagés dans nos recrutements, à augmenter le nombre de personnes handicapées. Cela concerne les recrutements en CDI, les contrats d'alternance et les stages. En interne, l'accord prévoit par ailleurs, le renforcement des conditions d'accueil et de maintien dans l'emploi. Aujourd'hui, l'ensemble de nos offres d'emplois ou de stages sont ainsi ouvertes aux personnes en situation de handicap.

Au sein de la DRH, une personne est en charge de cette mission Handicap, elle fait le lien avec les candidats, les organismes locaux et les partenaires qui travaillent dans ce domaine : agences d'intérim, associations Cap Emploi, Tremplin...

Cet engagement s'inscrit dans une politique plus large de diversité ?

Oui, une diversité qui va effectivement au-delà du Handicap. En tant qu'établissement public, nous devons montrer l'exemple, qu'il s'agisse de la politique d'intégration des personnes handicapées, des seniors ou du développement durable.

le 29/01/2009

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies