Banque commerciale : la chasse aux compétences s'intensifie

Alors que l'année 2007 vient de s'achever, Robert Half Banque & Assurance, dresse un bilan du marché du recrutement en banque commerciale. S'il est des secteurs d'activités qui recrutent aujourd'hui massivement, celui de la banque de détail est l'un d'eux. Quelles sont les expertises recherchées ? Qui sont les professionnels recrutés ? Quelles sont leurs rémunérations ? Et quels sont les besoins à l'origine de ces recrutements ? Robert Half Banque & Assurance, spécialiste du recrutement en banqu

Depuis plusieurs années, la banque commerciale a lancé de multiples programmes de recrutements et recherche de nombreux collaborateurs. A l'origine de ces recrutements, l'anticipation de l'impact de la pyramide des âges et des départs massifs en retraite d'ici 2010. Cependant, d'autres facteurs ont également contribué à stimuler le marché de l'emploi dans ce secteur. Ainsi, l'accroissement de la concurrence entre établissements bancaires mais également l'arrivée de nouveaux acteurs tels les assureurs qui ont étendu leurs services, ou encore l'échéance Bâle II, le renforcement du contrôle des risques sont autant d'éléments qui ont amené les établissements à étoffer leurs équipes et à multiplier les recrutements.

Caroline Le Canu, Branch Manager de Robert Half Banque & Assurance, commente : "Les banques sont toutes aujourd'hui soumises aux mêmes exigences et recherchent donc des profils identiques dotés des mêmes expertises. D'où des compétences qui ne cessent de se raréfier. Et le marché est d'autant plus tendu que les établissements sont confrontés à une double problématique : s'il leur faut recruter de nouveaux talents, ils doivent par ailleurs retenir leurs collaborateurs très tentés pour certains par le chant des sirènes. La concurrence est rude !". A l'instar d'autres secteurs, ces tensions ne sont pas sans impact sur les rémunérations et ont amené les banques à revoir leurs grilles salariales.

> 3 métiers " phares " en banque commerciale en 2008

Le gestionnaire de patrimoine (H/F) est le premier de ces métiers. Alors qu'il est issu généralement d'une formation spécialisée en gestion de patrimoine (DESS, Master ...), il possède une maîtrise technique patrimoniale (fiscalité, droit, finance, bourse) ainsi qu'une expérience commerciale. Sa mission ? Gérer et de développer une clientèle haut de gamme en apportant des solutions patrimoniales (juridiques, fiscales, financières...). En 2008, le gestionnaire de patrimoine peut prétendre à un salaire fixe de 30.000 à 40.000 euros s'il possède 1 à 3 ans d'expérience, de 40.000 à 55.000 euros s'il possède 3 à 5 ans d'expérience (variable en fonction de l'établissement).

Autre métier "phare", celui de Chargé de Clientèle Entreprises (H/F). Avec sa formation Bac +4 à Bac+5, il peut évoluer ensuite vers d'autres fonctions telles que la direction d'agence, l'animation Marché ou celle de Responsable d'un Centre d'Affaires. Ayant pour mission de gérer et de développer une clientèle de PME-PMI par la vente de produits et de services en veillant à la maîtrise des risques, ce professionnel peut percevoir un salaire de 30.000 à 40.000 euros + 0 à 5.000 euros (variable) s'il possède 1 à 3 ans d'expérience. Et s'il possède 3 à 5 ans d'expérience, son salaire fixe peut aller de 40.000 à 55.000 euros + 0 à 7.000 euros (variable).

Le Chargé de Clientèle Professionnels (H/F) est le 3e métier clé de la banque commerciale en 2008. Alors qu'il est doté d'une formation Bac +2 à Bac+5 (idéalement complétée par un diplôme de l'ITB), il développe, conseille et gère une clientèle de professionnels (commerçants, artisans, Micro-PME, professions libérales...) dans le respect des risques de la profession bancaire. Sa rémunération ? un salaire fixe de 26.000 à 34.000 euros + 0 à 3.000 euros (variable) s'il possède 1 à 3 ans d'expérience ; un salaire fixe de 34.000 à 38.000 euros + 0 à 5.000 euros (variable) s'il possède 3 à 5 ans d'expérience.

> Deux fonctions support en plein essor

Si les établissements bancaires renforcent leurs équipes commerciales et techniques, ceux-ci n'en oublient pas pour autant les fonctions support notamment en finance, et l'on voit ainsi se multiplier les recrutements. Parmi ces dernières, figurent celle de l'audit interne et du contrôle de gestion.

L'Auditeur Interne (H/F) participe à l'évaluation de la qualité du contrôle interne et émet des propositions visant à améliorer la maîtrise des risques, aux plans réglementaires, financier, comptable, informatique et à accroître la rentabilité de l'entreprise. Titulaire d'une formation Bac+4 à Bac+5, il pourra prétendre en 2008 à un salaire fixe de 33.000 à 45.000 euros (variable selon l'établissement) s'il possède 1 à 3 ans d'expérience, et de 45.000 euros à 60.000 euros s'il possède 3 à 5 ans d'expérience.

Le Contrôleur de Gestion (H/F) quant à lui a une très forte sensibilité à la compréhension et à la gestion de la rentabilité d'une activité et une excellente maîtrise de l'anglais et des différents outils de reporting. De formation supérieure type Ecole de Commerce ou MSG/DESS Finance, il coordonne l'ensemble du processus de reporting et de budget du périmètre dont il a le suivi et établit les tableaux de bord et les indicateurs de performance (véritables outils d'aide à la décision pour une direction générale ou opérationnelle). Sa rémunération en 2008 ? un salaire fixe de 33.000 à 45.000 euros (variable selon l'établissement) s'il possède 1 à 4 ans d'expérience, un salaire fixe à partir de 50.000 euros s'il possède 5 ans et plus d'expérience.

le 09/01/2008

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 700 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies