Banques et assurances : des opportunités à saisir

Ce n'est pas un secret, les banques recrutent massivement pour remplacer la génération du baby-boom. Près de 40 000 embauches sont prévues chaque année d'ici 2015. Les jeunes et les commerciaux sont particulièrement concernés.

Le secteur bancaire est le troisième employeur privé en France. Au total, 400 000 personnes sont concernées, soit 1,6% de la population active. Ce chiffre est porté à 700 000 si on prend en compte l'intégralité du secteur financier. Selon l'AFB (Association Française des Banques), près de 35% des employés actuels avaient plus de 50 ans en 2006. Cela fait autant de départs en retraite à compenser dans les années à venir. Au niveau économique, la croissance est au rendez-vous et les créations de postes se multiplient. Conséquence : une politique active en matière de recrutement. En 2007, entre 35 000 et 40 000 personnes seront embauchées. Pourquoi pas vous ?

> Les profils recherchés

Les commerciaux sont particulièrement recherchés. Ils représentaient 57,2% des embauches en 2006. Toutefois, d'autres secteurs d'activité sont concernés : management, ressources humaines, administratif, informatique, marketing et bien d'autres. Les annonces ciblent des profils de plus en plus qualifiés. 41% des effectifs étaient cadres en 2006. Par conséquent, 43% des recrutements se font à un niveau Bac+4/5. Si vous possédez un diplôme inférieur au niveau Bac ou Bac+1, la porte n'est toutefois pas fermée puisque 13% des embauches se font à ce niveau.

La moyenne d'âge au sein des banques augmente. Pour remplacer la génération de baby-boomers au sein des agences, les moins de 30 ans sont plébiscités. Ils représentent près de 70% des nouveaux collaborateurs. De la même manière, les femmes représentent 55,3% des effectifs en 2006 et 57,2% des embauches.

> Une stratégie d'embauche axée sur la formation et l'alternance

Le Centre de Formation de la Profession bancaire indique dans son point de presse du 3 juillet 2007 que le secteur bancaire est "aujourd'hui confronté à une double exigence : d'une part, répondre à la technicité et à la spécialisation croissante des-dits métiers ; d'autre part, s'adapter à une nouvelle réalité démographique et, de ce fait, diversifier ses recrutements et s'ouvrir à des publics élargis pour satisfaire les besoins d'embauche et de mobilité des cinq prochaines années. Il lui faut donc explorer des voies nouvelles qui lui permettent de réussir son adaptation aux changements programmés, en maintenant son souci prioritaire d'une ingénierie pédagogique de qualité."

La formation est une des réponses apportées à cette problématique. Pour preuve, il y a eu en 2006 près de 8000 personnes en alternance dans le secteur, dans le cadre de formations allant de Bac+2 à Bac+5. Près de 80% d'entre elles ont été recrutées à la fin de leur cursus. Des places sont donc à prendre pour les jeunes diplômés, et cela avant même la fin de leurs études. La formation en interne est également privilégiée. Selon le Centre d'études et de recherches sur les qualifications, 4,6% de la masse salariale est allouée à la formation continue contre un minimum légal de 1,6%.

> Le site de la Fédération Bancaire Française.

> Le site du Centre de Formation de la Profession Bancaire

le 28/09/2007

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies