Bien-être au travail : les salariés se disent sous pression

Bien-être au travail : les salariés se disent sous pression

Dans un contexte de transformation, les salariés ressentent plus fortement la pression, selon une étude réalisée par Malakoff Médéric.

Dans sa 7ème étude sur le bien-être au travail, Malakoff Médéric révèle que la moitié des salariés a connu au moins un changement interne dans son travail au cours des douze derniers mois, contre 36% en 2009. Plan social, licenciement, modification imposée de poste ou de métier, restructurations et réorganisations... Au cours des dernières années, les salariés évoluent dans un contexte de plus en plus changeant. Ce qui n'est pas sans conséquence sur le bien-être des salariés. « Dès le premier événement vécu, le sentiment de fatigue nerveuse et de pression temporelle au détriment de la qualité de vie au travail augmente », relève l’étude.

Allongement de la vie professionnelle 

Les organisations devront également faire face à la prévention et le maintien dans l'emploi. Alors que les carrières professionnelles vont encore s'allonger, plus d'un salarié sur deux pense qu'il n'aura pas la capacité physique pour faire le même travail ou travailler au même rythme dans 10 ans. 35% des plus de 50 ans se jugent capables d'assumer la même charge de travail et 43% à se se sentir physiquement aptes.

Désengagement

Les salariés interrogés pour l'étude font aussi part d'un désengagement croissant. L’affirmation : « Je ne suis pas malade, mais j’aurais bien envie de prendre un arrêt maladie » est partagé par 26% d'entre eux contre 18% en 2009. « Les entreprises doivent inventer un nouveau pacte social, qui ne sera pas financier, faute de croissance retrouvée, mais fondé sur davantage de marges d’autonomie, de possibilités d’engagement et de nouvelles formes de reconnaissance », recommande Anne-Sophie Godon, directrice innovation, études et veille à Malakoff Médéric.

Qualité du travail 

Plus encourageant, 66% des collaborateurs déclarent avoir le temps de faire un travail de qualité. C'est particulièrement vrai pour les cadres (+2 points) et les employés (+5 points) quand ce sentiment recule chez les agents de maîtrise (-5 points) et les ouvriers (-2 points). « Ces résultats ne sont pas dramatiques mais ils interrogent sur les efforts faits individuellement pour s’adapter aux transformations du travail ; 22 % des salariés cherchent systématiquement à améliorer leur façon de travailler. Si l’indicateur s’est davantage dégradé chez les agents de maîtrise, on peut l’expliquer par le fait que les managers de proximité sont soumis à de multiples contraintes : davantage de reporting et de contrôle de leur activité, sans qu’ils aient toujours les moyens de témoigner de la reconnaissance à l’égard de leurs collaborateurs ».

Avec AFP

le 25/04/2016

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies