Bientôt une indemnité kilométrique pour aller au travail à vélo ?

Bientôt une indemnité kilométrique pour aller au travail à vélo ?

Parmi les 25 mesures annoncées la semaine dernière dans le cadre du plan vélo l'une d'elles devrait faire plaisir à tous les salariés qui se rendent au travail à vélo. Une indemnité kilométrique pourrait être mise en place si les expérimentations sont concluantes.

Favoriser les déplacements à vélo, c'est l'objectif du plan dévoilé la semaine dernière par Frédéric Cuvillier, le Ministre des transports. L'une des pistes évoquée est la mise en place d'une indemnité kilométrique pour les actifs qui effectuent le trajet domicile-travail à bicyclette. L'idée n'est pas neuve, elle a déjà été mise en oeuvre avec succès en Belgique, aux Pays-Bas et au Danemark. Des pays où la pratique du vélo au quotidien pour se rendre au travail est monnaie courante.

De 20 à 25 centimes du kilomètre
Concrètement en France cette mesure concernerait plusieurs millions de salariés (on estime à 1,5 millions le nombre de vélotafeurs). L'objectif de cette indemnité kilométrique vélo (IKv) est d'augmenter le nombre de pratiquants et d'inciter aussi les actifs à faire un peu d'exercice au quotidien. L'indemnité versée aux salariés pourrait varier entre 20 et 25 centimes du kilomètre avec des incitations financières sous forme d'exonérations de charges pour les entreprises et de défiscalisation pour les salariés. Une mesure qui pourrait coûter 110 millions d'euros à l'Etat.
Le remboursement des frais kilométriques pour les trajets domicile travail existe déjà dans certains cas pour les actifs qui utilisent leur voiture, les transports en commun ou même les deux-roues motorisés. L'étendre aux vélos apparaît finalement comme assez logique. 
Mais avant que cette mesure n'entre en vigueur, il est prévu dans un premier temps de l'expérimenter auprès "d'entreprises volontaires" dans le cadre de plans de déplacements d'entreprise (PDE). Afin de mesurer l'impact sur la part d'utilisation du vélo par les salariés, sur le report modal (par rapport aux autres modes de transport) et sur les effets sociaux (l'assiduité, la santé...).
Gagner un peu d'argent en pédalant serait une motivation supplémentaire pour les vélotafeurs, sans compter les effets indirects sur l'emploi. D'après le Ministère des Transports, si on doublait la part d'utilisation du vélo dans les transports, cela représente 35.000 nouveaux emplois dans le secteur de la petite reine. 

En complément

Qui sont les vélotafeurs, ces salariés qui pédalent pour aller au travail ? Découvrez leurs témoignages sur notre blog. 

le 06/03/2014 par Fabrice Mazoir

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies