Les entreprises recruteront davantage en 2016

Les entreprises recruteront davantage en 2016

L’enquête sur « les Besoins en Main-d’œuvre des entreprises » prévoit une nouvelle hausse de 5,1% du nombre de projets de recrutement pour l’année 2016. Elle dénombre 88 000 projets d'embauches supplémentaires dans les 405 bassins d’emploi français et dans les 24 secteurs d’activité de l’enquête, soit le plus haut niveau observé au cours de ces 7 dernières années. Au total, 1 827 300 projets de recrutement sont prévus, en particulier dans le secteur des services. Celui de la construction se redresse aussi nettement cette année.

Si l’année 2015 avait été plutôt positive sur le front des perspectives d’embauche avec une hausse de 2,3%, 2016 s’annonce sous les meilleurs auspices avec une nouvelle hausse de 5,1% du nombre de projets de recrutement.

Les principaux chiffres de l’emploi en 2016 :

  • 1 827 300 projets de recrutement
  • 88 000 projets de recrutement supplémentaires soit 5,1% de plus en un an
  • 20,5% des établissements recruteront en 2016
  • 32,4% des projets de recrutements jugés « difficiles » par les employeurs

Le nombre moyen de projets par entreprise est en légère hausse avec 3,9 projets en moyenne par entreprise recruteuse, en hausse de 0,1 point par rapport à 2015. 7 projets sur 10 proviennent des entreprises de moins de 50 salariés qui apparaissent ainsi comme les plus dynamiques cette année.

Les services accélèrent encore, la construction se redresse nettement

Le secteur des services représente plus des deux tiers (65%) des besoins en main d’œuvre en France en 2016. Il progresse cette année encore plus vite que la moyenne avec +5,8% de hausse en 2016 contre + 5,1% pour l’ensemble des secteurs :

  • Les services aux particuliers restent le premier recruteur en France avec 41 % des projets en 2016. Ses besoins progressent de 4,5% en 2016.
  • Les services aux entreprises qui représentent un quart des intentions de recrutement en France avec une progression très nette en 2016 de +8%.
  • La construction voit ses intentions d’embauche progresser nettement avec +12,4%. Un nouveau souffle après la forte baisse subie en 2015 (-16,6%), qui avait rendu le marché complètement atone.

Quelles régions recrutent ?

Les régions qui totalisent le plus de projets de recrutement sont également des régions densément peuplées et possédant de grands pôles urbains comme l’Ile-de-France (17,7% des projets de recrutements du territoire), Auvergne et Rhône-Alpes (13,3%) ou PACA (10,5%).

La part des projets jugés difficiles par les employeurs est contrastée selon les régions. La Guadeloupe enregistre le taux de difficultés le plus élevé en 2016 avec 38,5% de projets difficiles. Les autres DOM connaissent une situation différente à l’instar de la Réunion (25,6% de projets difficiles), région où la part de projets difficiles est la plus basse (cf. carte 2). En Nord Pas-de-Calais et Picardie, 27,7% des projets de recrutement sont anticipés comme étant difficiles à satisfaire, ce qui est la plus faible part des régions métropolitaines. A l’inverse, les régions Bretagne et Centre-Val de Loire ont les taux les plus élevés de la métropole (respectivement 36,8% et 35,2%).

Placez votre curseur sur la région de votre choix...

Quels métiers sont recherchés en 2016 ?

Parmi les profils les plus demandés figurent plusieurs métiers de services aux particuliers comme les aides à domicile ou les aides ménagères, les professionnels de l’animation socioculturelle, les serveurs de café et de restaurant, les employés de l’hôtellerie. Les services aux entreprises offrent également de nombreuses opportunités, soit sur des postes opérationnels et peu qualifiés (agents d’entretien de locaux, manutentionnaires), soit sur des postes de cadres (ingénieurs, cadres d’études et R&D en informatique). Les métiers du commerce sont également recherchés, à travers les employés de libre-service (39 100 projets) et les vendeurs en habillement (33 000 projets).

Parmi les 15 métiers les plus recherchés en 2016, beaucoup se composent d’emploi à caractère saisonnier, principalement du secteur agricole comme les viticulteurs, arboriculteurs et cueilleurs ou les agriculteurs salariés et ouvriers agricoles.

La part des projets difficiles se stabilise à 32,4%, après trois années consécutives de baisse (de 10 points entre 2012 et 2015). Les difficultés restent plus importantes dans les petites structures. Selon les employeurs, ces difficultés sont le plus souvent liées à la pénurie de candidat, à l’inadéquation des profils, ou aux conditions de travail. Dans tous les cas, la formation est la solution la plus souvent envisagée pour y répondre note Pôle Emploi.

> Consultez l'enquête BMO dans son intégralité

infographie_bmo-2016-(2)

le 12/04/2016 par Priscilla Gout

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 700 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies