Chaleur et canicule : ce que dit le code du travail

Chaleur et canicule : ce que dit le code du travail

Quand fait-il vraiment trop chaud pour travailler ? Un salarié peut-il venir en short et marcel au bureau ? Vos questions, nos conseils !

Chacun a encore en mémoire la canicule exceptionnelle qui s’abattait sur la France l’été 2003. Cette année, une nouvelle vague de chaleur est annoncée. Plus précoce, elle devrait également être plus courte. Néanmoins, il faudra prendre les bonnes dispositions pour éviter d’en souffrir au travail. Et oui, l’homme est un homéotherme qui doit conserver sa température corporelle constante.

Chaleur : quelles sont les obligations de l’employeur ?

Pour faire baisser la température, la meilleure des choses est de boire. De l’eau en priorité, l’alcool – même si la bière du midi est tentante - participant à la déshydratation du corps. L’employeur est de toute façon tenu de mettre de l’eau fraîche et potable à la disposition de salariés. De même, dans des locaux fermés, pour éviter les hausses de température, l’air doit être renouvelé et ventilé. Suite à la canicule de 2003, l’Institut national de recherche et sécurité (INRS) préconise de décaler les horaires de travail. C’est notamment le cas pour les salariés qui travaillent à l’extérieur des bureaux, en les faisant venir plus tôt et repartir également plus tôt. Les salariés du bâtiment mais aussi ceux de la restauration soumis à de fortes températures doivent disposer de 3 litres d’eau minimum par jour ainsi que d’un local frais où ils peuvent se rafraîchir.

> 80% des employés se plaignent de la température dans les bureaux

Quelle tenue porter l’été au travail ?

Concernant la tenue vestimentaire à adopter en été, la loi est floue. En effet, seule obligation du salarié : porter une tenue «décente». C’est notamment le cas des employés en contact avec des clients. Mais pour certaines missions, l’obligation de porter des tenues de travail (blouses, casques de chantier, chaussures de sécurité) ne peut être détournée par les salariés. En 2003, la Cour de cassation a par exemple confirmé le licenciement d'un technicien de la Sagem qui persistait à porter un bermuda sous sa blouse malgré "l'opposition ouverte avec ses supérieurs hiérarchiques qui lui demandaient oralement puis par écrit de porter un pantalon sous la blouse prescrite par le règlement intérieur de l'entreprise". Et pourtant ce dernier n’avait aucun contact avec la clientèle.

> Peut-on m'imposer une tenue vestimentaire au bureau ? 

Alors comment s’habiller l’été au bureau ? En 2014, Ségolène Royal était victime d'une fausse rumeur selon laquelle elle aurait voulu interdire les décolletés de ses collaboratrices. Quand bien même sa position aurait-elle été acceptable devant les juges ? De précédents cas ont déjà été traités sur la tenue vestimentaire à porter au bureau. Ainsi, une salariée qui contestait son licenciement a perdu en cassation. Son tort ? Venir au travail en chemisier transparent et sans soutien-gorge. Pour l’entreprise, sa tenue troublait le reste des équipes. La loi lui a donné raison…

Mais quid du dress-code l’été au travail ? Chemisette et pantacourt sont appréciés des hommes mais est-ce bien raisonnable ? Les femmes ont un choix plus large pour faire face à l’été. Il faut de toute façon s’adapter à la culture de l’entreprise pour ne pas se discréditer face aux collègues et à la hiérarchie.

le 24/08/2016 par Guirec Gombert

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 700 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies