Comment vont les Français en 2015 ?

Comment vont les Français en 2015 ?

Selon l’OCDE, l’Hexagone affiche « un bilan mitigé dans les différentes dimensions du bien-être ». Salaire, chômage, éducation, sécurité de l’emploi… De nombreux facteurs mesurent la qualité de la vie.

Salaire

En France, le revenu disponible s’établit à 28 000 dollars (environ 24 500 euros), un revenu supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE, selon l’étude « Comment va la vie en France en 2015 ? ». Autre enseignement : les inégalités de revenu régionales sont plus fortes en France qu’en Allemagne mais plus faibles qu’au Royaume-Uni. Ainsi, les ménages d’Ile-de-France ont un revenu disponible supérieur de 40% à celui des ménages du Nord-Pas-de-Calais. Et la proportion de ménages disposant du revenu français médian s’établit à 5,8% dans la région Centre mais à 12,8% dans le Languedoc-Roussillon.

Vie privée-vie professionnelle

« Si 8,2% des salariés français ont une durée de travail très longue, le temps de loisir dont les Français qui exercent une activité salariée à plein temps déclarent disposer (loisirs et activités personnelles) est, en moyenne, supérieur à celui dont disposent leurs homologues dans tous les autres pays de l’OCDE ».

Ainsi les Français consacrent quotidiennement 16,40 heures (temps de sommeil compris) aux loisirs. Ils sont suivis par les Danois (15,90 heures, sic) égalité avec les Espagnols. La Pologne, le Canada et l’Australie ferment la marchent (14,40h). Parmi les loisirs sont donc recensés le sommeil (les Français déclarent dormir en moyenne 8h30 par nuit), le temps passé à manger (2 heures pour les Français champions européens) mais aussi  les tâches ménagères ou la garde des enfants. Seules les personnes exerçant une activité à temps plein sont intégrées dans la mesure des temps de loisirs, qui correspond plutôt « au résidu du temps de travail », résume Le Figaro.

Chômage

Selon l’OCDE, les Français bénéficient d’une moindre sécurité de l’emploi que les autres citoyens européens. Cette notion de sécurité est mesurée par la probabilité d’entrer dans le chômage. Pire, les Français sont plus exposés au risque de chômage de longue durée. « Entre 2009 et 2014, le taux de chômage de longue durée a progressé d’un point de pourcentage, pour atteindre 4.2 % », précise l’organisation. Dans une telle situation, les Français peuvent compter sur leurs proches. Près de 90% d’entre eux déclarent avoir des amis ou de la famille pour passer cette période difficile. Un chiffre dans la moyenne de l’OCDE. Si en moyenne, les travailleurs ont 5,4% de risques de perdre leur emploi, pour les Grecs et les Espagnols ce taux dépasse les 12%.

L’étude a également étudié le taux de chômage dans 362 régions européennes (dont 22 en France). « Le taux de chômage est compris entre 7.3 % en Auvergne et 13.7 % dans le Nord-Pas-de-Calais. Cet écart (6.4 points de pourcentage) est supérieur aux écarts régionaux constatés au Royaume-Uni mais légèrement inférieur à ceux observés en Allemagne », note l’OCDE.

Éducation

Autre indice pris en compte par l’OCDE pour mesurer le bien-être des Européens : le niveau d’études. Résultat, si 84,3% de la population active en Bretagne a suivi une scolarité secondaire, ce taux chute à seulement 66,2% en Corse. Un écart bien supérieur à celui observé dans la plupart des autres pays de l’OCDE.

Les élèves français sont aussi parmi les moins stressés en Europe du fait du travail scolaire. Mais seulement 57% des élèves jugent leurs camarades de classe gentils et obligeants, quand la moyenne européenne s’établit à 68,2%. Quant aux adolescents français, ils sont un sur quatre à déclarer avoir des difficultés à communiquer avec leurs parents, et ils passent moins de temps en moyenne avec leurs parents que les autres ados européens.

le 14/10/2015

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies