Comptabilité /finance : quelles tendances pour les salaires en 2014 ?

Comptabilité /finance : quelles tendances pour les salaires en 2014 ?

Robert Half, leader mondial du recrutement spécialisé, vient de publier sa dernière étude de rémunérations sur les métiers de la Finance & Comptabilité. Un baromètre qui permet de bien se positionner sur le marché de l'emploi et de bien négocier son salaire dans un contexte où les entreprises sont très prudentes. Retour sur les principales tendances salariales pour 2014 sur ces fonctions avec Noëmie Cicurel, Director de Robert Half.

Quelles sont les principales tendances au niveau du marché de l'emploi sur les fonctions compta et finance ?

Le marché est toujours porteur et actif mais cette année nous avons noté peu de créations de postes. Les principaux recrutements ont tourné autour de l'accroissement temporaire d'activité, de remplacements de départs (retraite, congés maternité, etc.). Les entreprises sont donc restées prudentes. En 2014 il y aura certainement plus de créations de postes.

Quels sont les profils les plus recherchés actuellement ?

Il existe toujours des postes pénuriques en situation de plein emploi. Notamment le responsable comptable, le premier niveau de management des fonctions comptables. Ce sont toujours des candidats rares qui ont toujours des propositions quel que soit le marché. Le gestionnaire paie est également toujours aussi recherché. C'est une fonction incontournable. Dans les périodes de crise, le contrôle de gestion opérationnel voit son rôle renforcé. Là encore, on a toujours besoin de professionnels dans ce domaine. C'est le cas également des personnes qui ont une expérience de 2-3 ans en cabinet d'expertise comptable. Enfin au niveau des compétences générales, la maîtrise des langues, à commencer par l'anglais, l'expérience du management, ou la maîtrise d'ERP spécifiques sont des atouts évidents pour se positionner sur le marché de l'emploi.

Ce sont ces professions qui ont le plus de marges de manoeuvre au niveau de la négociation salariale, les seules qui ont été augmentées cette année...

Effectivement l'évolution de leur rémunération est plutôt positive. Sur ces métiers les candidats ont aussi le choix entre plusieurs employeurs, ce qui leur permet de ne pas voir leur salaire tiré à la baisse. Ce que nous avons observé en effet cette année, c'est que les entreprises ont tendance à choisir le candidat dont les prétentions sont les plus basses. A compétence égale, ils misent plutôt sur le candidat au plus bas de la fourchette. Pas seulement pour des raisons d'économies mais aussi dans un calcul sur le long terme. Pour une personne à 30KE qui fait ses preuves, les employeurs auront plus de possibilités de faire évoluer rapidement son salaire à 35KE en 2-3 ans. Alors que si elles embauchent un profil au plafond de la fourchette l'évolution sera moins importante sur la même durée.

L'heure est donc vraiment à la prudence, pour les autres métiers de la compta/finance, la tendance c'est plutôt le gel des salaires ?

Oui, en tout cas il n'y a pas de mouvement sur les salaires. Pour la même rémunération, les entreprises ont même tendance à être plus exigeantes, à en demander plus.

Est-ce que la part variable de la rémunération est de plus en plus fréquente sur les métiers de la compta/finance ?

La part variable, même si elle n'augmente pas, a en effet tendance à s'étendre à plus de fonctions. Les entreprises restent prudentes sur la gestion de leurs coûts fixes, à commencer par la masse salariale. En ce moment elles sentent tout de même un frémissement de leur business, c'est pour cela qu'elles font appel à des intérimaires en attendant de créer ou de pérenniser des postes. Pour les salaires c'est la même chose : le variable, basé sur du qualitatif et du quantitatif, permet d'avoir une marge de manoeuvre. C'est une leçon tirée de la crise de ces dernières années, les entreprises cherchent à avoir de la flexibilité sur les coûts fixes. C'est une nouvelle habitude de gestion désormais bien ancrée.

Dans ce contexte, comment faire pour améliorer sa rémunération sur quoi les candidats peuvent-ils jouer pour négocier ?

La première chose c'est d'avoir une idée précise des salaires pratiqués et des ajustements à faire selon les régions. Notre étude de rémunérations 2014 permet justement de bien se positionner par rapport aux salaires réellement pratiqués par les entreprises.

Au niveau des marges de manoeuvres, ce qu'on voit de plus en plus ce sont des avantages un peu différents : négocier un 4/5ème payé temps plein ou offrir des jours de congés supplémentaires. Cette tendance se voit d'ailleurs sur d'autres professions, chez les commerciaux notamment. Pour les entreprises, ça ne coûte rien et ça fait plaisir aux salariés. De plus, ça correspond à une forte aspiration en offrant une meilleure conciliation vie professionnelle-vie privée.

Du coup il ne faut pas trop se focaliser sur le salaire fixe et essayer d'obtenir des avantages ailleurs ? 

Quand on demande une augmentation de salaire, il faut être ouvert. S'attendre au " non " éventuel de votre employeur, tout en gardant aussi quelques cartouches : par exemple en demandant la mise en place d'un système de variable, avec des primes en fixant avec votre manager des objectifs chiffrés (quantitatifs et/ou qualitatifs). Il est possible aussi de demander une voiture de fonction. Fiscalement en effet, ce n'est pas le même système et ça ne fait pas augmenter la masse salariale. Enfin, vous pouvez essayer de négocier des chèques cadeaux, des chèques vacances, des remboursements de plein d'essence, des aménagements de temps de travail, un téléphone avec forfait.... En résumé, il faut être un peu créatif dans la négociation !

le 18/10/2013 par Fabrice Mazoir

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies