Vers la création d'un SMIC européen ?

Vers la création d'un SMIC européen ?

Depuis la mise en place de la directive Bolkenstein, et plus récemment l'affaire du "plombier polonais", le débat sur le dumping social au sein de l'U.E revient régulièrement sur la table des bureaux bruxellois. En témoignent les récentes polémiques sur le statut des travailleurs détachés. C’est dans ce contexte qu’une commission parlementaire vient de remettre au gouvernement français un rapport préconisant l'introduction d'un salaire minimum dans tous les pays de l’eurozone pour pouvoir organiser la convergence de ces "SMIC" et donner naissance à un salaire minimum européen. Un moyen de lutter contre le dumping social, en somme.

En 2015, l'Allemagne décidait d'instaurer un salaire minimum. La première économie européenne s'alignait donc sur la France... avec 65 ans de retard. Peu de temps après, le Royaume-Uni (avant sa sortie de l'Union) et l'Espagne revalorisaient leurs salaires minimums respectifs.

> Du SMIG au SMIC, 65 ans d'histoire du revenu minimum

De nombreuses disparités européennes

Dans les fais, le SMIC n'est pas nécessairement la règle. Certains pays comme l'Autriche, Chypre, le Danemark, la Finlande, l'Italie et la Suède n'en possèdent pas. Seuls des accords collectifs réglemententes minimas de salaire. D'autre part, il existe de fortes disparités entre les pays ayant instauré un salaire minimum. Ainsi, le SMIC est de 184 euros/mois en Bulgarie, 756 euros/mois en Espagne, 1466 euros/mois en France et 1923 euros/mois au Luxembourg.

Les différences entre salaires minimum, voir leur inexistence, est "source d'une concurrence salariale préjudiciable au bon fonctionnement de l'Union européenne", selon le rapport parlementaire. Un salaire minimum très bas est en effet un atout compétitif précieux pour attirer capitaux et entreprises étrangères.

> Travail : quelles sont les attentes des salariés européens ?

Instaurer un SMIC pour chaque état

Le rapport français préconise donc l'introduction d'un salaire minimum dans tous les états membres de la Zone Euros, les états non membre pouvant y adhérer sur la base du volontariat. Ces SMIC devront être indexé sur un pourcentage du salaire médian, de préférence au-dessus du seuil de pauvreté de chaque pays (donc 50 à 60% du salaire médian), précise le rapport. L'objectif serait à termes de faire converger ces SMIC et de proposer un salaire minimum européen. Comment ? En inscrivant le salaire minimum européen dans le socle européen des droits sociaux et en faisant du salaire minimum européen une priorité des futurs conseils de la productivité. Ces recommandations risquent cependant de se heurter à l'hostilité des Pays de l'Est, principaux bénéficiaires du dumping social intra-européen.

> Une carte professionnelle européenne pour booster la mobilité

le 27/10/2016

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies