Développement durable : les enjeux de la formation

Développement durable : les enjeux de la formation

Les formations dans le domaine des énergies renouvelables sont devenues un véritable enjeu pour les entreprises, en particulier celles du bâtiment. Avec l'arrivée de nouvelles réglementations en matière de respect de l'environnement, l'urgence est aujourd'hui de développer l'offre de formations, sans toutefois brûler les étapes.

Si l'on en croit les prévisions, d'ici 2020, 500.000 emplois devraient voir le jour dans le cadre du Grenelle de l'Environnement et selon l'OIT (Organisation Internationale du Travail), "les efforts déployés face au réchauffement climatique pourraient générer des millions d'emplois". Des chiffres alléchants, mais comme le rappelle Alexandre Sevenet, directeur du cabinet de conseil et d'ingénierie Paziaud, "en matière de développement durable, tout est à apprendre", du fait des réglementations et technologies environnementales récentes.

Aujourd'hui, développer la formation est indispensable. Pour les professionnels, c'est la garantie de continuer à répondre à la demande, surtout en période de récession. Pour le secteur, c'est celle de disposer d'une main d'oeuvre qualifiée afin de pourvoir les nombreux postes qui seront créés d'ici 2020.

> Une véritable attente des professionnels

La prise de conscience des enjeux du Grenelle de l'Environnement étant faite, il s'agit maintenant pour les professionnels de s'organiser. Comme le constate Dominique Cena, initiateur du projet AEBE (Amélioration Energétique des Bâtiments Existants) au Fafiec, "ingénieurs et ouvriers de l'ingénierie et du bâtiment sont en attente de formations axées sur le développement durable".

De nombreuses écoles ont déjà mis en place des filières "économies d'énergie", "développement durable" ou "environnement" afin de répondre à la demande des étudiants en formation initiale. Et le nombre d'inscrits ne fait que croître. Il est cependant prudent de relativiser. Un grand nombre de formations ne sont encore accessibles qu'en formation continue, et l'énergétique intervient le plus souvent dans le cadre d'une spécialisation, après un premier parcours professionnel.

> Une image à revaloriser

Le développement d'une véritable palette de formations permettra également revaloriser les métiers de l'ingénierie et du bâtiment, aujourd'hui délaissés par les étudiants. "Le développement durable rend les métiers de l'ingénierie plus attrayants." explique Dominique Cena du Fafiec. "Les questions de structures et de matériaux par exemple attirent beaucoup moins." Au coeur du développement durable, le bâtiment souffre pourtant d'une mauvaise image sur la question de l'environnement. Le secteur de la construction consomme environ 40% des ressources énergétiques et il est responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre et de 40% des déchets.

Le temps est donc aux bonnes résolutions. Le Forum mondial sur l'efficacité énergétique du 27 avril 2009 a rendu public un rapport réalisé sous l'égide du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD) : pour répondre aux impératifs environnementaux, il faudrait réduire d'au moins 60% la consommation énergétique du bâtiment d'ici à 2050. Des investissements, parmi lesquels on trouve le développement des formations de professionnels, quantifiés à 305 milliards d'Euros. Mais selon le rapport, "le prix de l'inaction serait beaucoup plus élevé".

le 29/04/2009

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies