Discrimination en entreprise : un constat "accablant" selon la ministre du Travail

Discrimination en entreprise : un constat "accablant" selon la ministre du Travail

Myriam El Khomri a dressé mercredi un "premier constat sombre" de la campagne de "testing" lancée auprès d'une quarantaine d'entreprises pour lutter contre les discriminations au travail.

Début avril, le gouvernement lançait une campagne de testing pour mesurer le taux de discrimination à l’embauche. Pour ce faire, une vague de vrais-faux CV était envoyé aux entreprises. Aujourd'hui, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, a dressé un premier constat de cette expérimentaition. Selon elle : "Parmi la quarantaine d'entreprises de plus de 1.000 salariés testées, même si de bons élèves se distinguent, un premier constat sombre s'impose à nous: les hommes et femmes d'origine supposée maghrébine peuvent être clairement écartés des procédures de sélections dans certaines entreprises. Ne faisons pas semblant de l'ignorer".

> Retrouvez notre rubrique "Marché de l'emploi"

Sur Twitter, la ministre a été plus incisive parlant d'un "constat accablant". Elle a appelé les entreprises à communiquers dans les semaines à venir les mesures à prendre pour lutter contre les discriminations. Et de mettre en garde, "si ces mesures ne sont que cosmétiques, nous nommerons celles qui ont eu des pratiques discriminatoires". 

Pérenniser les testings 

"Au-delà des échéances électorales", la ministre entend pérenniser cette action. Elle a également regretté le départ au mois de septembre des organisations patronales qui faisait partie d'un groupe d'actions réunissant également associations et syndicats. Le patronat a rétorqué dans un communiqué "leur opposition ferme aux propositions formulées", jugées "dogmatiques".

Pour lutter contre les discriminations, le groupe de travail a vu certaines de ses propositions reprises par le gouvernement, notamment la campagne de communication "Les compétences d'abord" ou la formation à la non-discrimination dans les entreprises de plus de 300 salariés. Le gouvernement entend dorénavant "accompagner" les TPE-PME sur la formation, via les services "d'appui RH" créés par la loi travail. Il lancera également en janvier une expérimentation sur les indicateurs de déroulement de carrière.

> Discrimination à l’embauche : un « panorama inquiétant » en France

le 17/11/2016 par Guirec Gombert

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies