Handicap : "L'alternance est une très bonne solution"

Handicap : "L'alternance est une très bonne solution"

Mon entreprise est-elle accessible aux travailleurs handicapés ? Une question que l'on peut se poser, que l'on soit dirigeant d'entreprise ou salarié. Mais plus largement, quels sont les moyens d'intégrer les personnes en situation de handicap qui fonctionnent vraiment ? Valérie Paparelle, directrice adjointe de L'ADAPT, répond à nos questions et ouvre le débat sur les axes d'amélioration possibles en matière d'intégration professionnelle.

Les entreprises ont-elles compris comment intégrer un collaborateur handicapé et identifier les moyens à mobiliser ?
L'intégration est liée au parcours du candidat handicapé et à ses compétences, exactement comme pour le recrutement d'une personne valide. La différence tient aux moyens de compensation mis en place par l'entreprise afin que le collaborateur handicapé puisse exercer son activité et vivre normalement dans l'entreprise.  
Beaucoup d'entreprises nous demandent comment recruter des personnes handicapées. A cela nous leur répondons "travaillons autrement"... Il faut axer la réflexion sur la manière d'accompagner le service des ressources humaines sur la question de la prise en compte des besoins du salarié ou futur salarié en situation de handicap. L'enjeu actuel est donc de sensibiliser les salariés et les managers afin que l'accueil de cette personne se passe dans les meilleures conditions possibles.

Il existe différents moyens pour favoriser l'intégration professionnelle des personnes handicapées. Certains fonctionnent-ils plus que d'autres ?
Il est intéressant d'avoir une diversité des moyens, mais cela rend l'offre peu visible : les personnes, entreprises ou travailleurs handicapés, ne savent pas forcément à quelle porte frapper pour avoir la solution qui leur correspond. 
L'alternance est une très bonne solution : elle met les personnes en situation concrète de travail et ce mode d'apprentissage est très favorable aux personnes handicapées faiblement qualifiées. Elle a aussi cet autre avantage de mettre l'entreprise dans une situation où elle n'a pas d'autre choix que celui de s'adapter. Mais si l'entreprise doit le faire, c'est que le dispositif de formation n'est globalement pas adapté aux personnes handicapées, et c'est là tout le problème. 

Aujourd'hui, la sensibilisation doit-elle se faire en direction des organismes de formation ?
Sans aucun doute, oui. Beaucoup d'entreprises ont monté leur dispositif spécifique de formation en apprentissage et en alternance parce qu'elles n'ont pas trouvé les solutions qui leur correspondent dans l'offre de formation existante. Cela interroge sur les politiques de formation actuelles. D'une part, elles ne sont pas assez individualisées et d'autre part, il est nécessaire de mieux accompagner les PME. 
En matière de formation, il est indispensable de mettre en place des parcours individualisés qui tiennent compte de la situation de handicap et nous en sommes loin. Les régions ont là un rôle très important à jouer puisqu'elles sont en charge de la formation professionnelle. Elles doivent remplir leur rôle de coordinateur entre les entreprises qui ont des besoins, les centres de formation et les centres spécialisés pour l'accueil des personnes handicapées.

le 30/11/2012 par Priscilla Gout

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 700 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies