Hôtellerie-restauration : un choix de carrière payant

Hôtellerie-restauration : un choix de carrière payant

Face à une conjoncture économique sombre, le secteur de l'hôtellerie et de la restauration a tendance à faire figure d'exception. Au menu de cette filière exigeante figurent en effet de nombreuses opportunités professionnelles. L'ingrédient nécessaire, pour prétendre à ces embauches plurielles ? Une formation pratique.

D'après les chiffres de l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie), la filière "hôtellerie-café-restauration-monde de la nuit" représente sur l'ensemble du territoire national quelques 800.000 emplois hors périodes de haute saison. Mieux : chaque année, le secteur est à la recherche de 60.000 nouveaux professionnels pour remplacer, sur des emplois ouverts aux débutants, les cuisiniers, serveurs, ou autres maîtres d'hôtels confirmés partis vers de nouveaux horizons. Et selon la dernière enquête "Besoins en main d'oeuvre" publiée fin 2012 par Pôle Emploi avec le concours du Crédoc, l'hôtellerie-restauration constitue le premier pôle de recrutement national, totalisant 14 % des projets d'embauche, tous secteurs confondus.  

Un secteur victime de son image... et bientôt de son succès ?
Mais l'hôtellerie-restauration continue aussi de pâtir d'une réputation difficile : travail peu compatible avec la vie de famille, manque de reconnaissance... Les clichés ont la vie dure. 

Il semble toutefois que le regard porté sur les métiers de bouche évolue, sans doute aidé par une volonté réaffirmée des pouvoirs publics de mettre la profession à l'honneur. Pour Régis Marcon, chef trois fois étoilé et auteur du rapport Développer l'alternance dans le secteur de la restauration aujourd'hui mis en oeuvre par les organisations professionnelles du secteur, l'objectif est clair : "il est nécessaire de soutenir la filière et ces métiers exigeants mais passionnants. Rien n'est plus beau que de transmettre un tel savoir-faire et les valeurs qui l'accompagnent. Et il y toujours besoin de bras et de personnel opérationnel."

Pour répondre aux impératifs de main d'oeuvre, les efforts fournis pour revaloriser la profession paraissent efficaces : une étude IFOP-L'Hôtellerie-Restauration menée en novembre dernier révélait une attractivité à la hausse auprès des 15-30 ans, séduits par les perspectives positives offertes par la filière. 79 % des sondés y voient en effet un secteur " créateur d'emploi " ; 62 % notent de "bonnes perspectives de carrière pour un jeune" ; et 75 % considèrent enfin qu'un "jeune formé aux métiers de la restauration obtient facilement un emploi".

La formation, sésame pour l'emploi
Une formation adaptée s'impose comme la condition sine qua non pour accéder aux nombreux débouchés de l'hôtellerie et de la restauration. Et, au coeur de l'offre pédagogique, l'alternance s'impose. Ajoutant la pratique à la théorie, elle représente la voie royale vers un éventuel recrutement, en permettant aux personnes en formation d'acquérir une première expérience solide. "En se concentrant sur l'acquisition des gestes de base et en initiant une bonne connaissance des produits et des pratiques, la formation par alternance a un rôle majeur à jouer", confirme Régis Marcon. Une clef pour ouvrir grand la porte du marché du travail au sein d'un secteur décidément porteur.

le 14/03/2013

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies