Immobilier : l'emploi en première ligne

L'euphorie du secteur immobilier est belle et bien finie. Le marché de la transaction est particulièrement concerné, mais d'autres domaines d'activité comme les services immobiliers recrutent toujours autant.

Le secteur de l'immobilier est en première ligne de la crise actuelle. C'est la fin de l'euphorie après des années où les transactions ont atteint des sommets. Les conséquences au niveau de l'emploi sont rudes mais concernent une partie seulement du secteur : le marché de la transaction en baisse de 25% cette année. Dans ce domaine, les réseaux d'agences immobilières ressentent immédiatement le ralentissement de l'activité. Ralentissement synonyme de changement de méthodes de travail pour les professionnels du secteur : des ventes plus difficiles, à des prix plus réalistes, des clients qui prennent plus le temps de comparer avant de se décider... Pour les professionnels immobiliers ce retour au réel nécessite un recentrage sur l'expertise, le conseil. Un travail plus long, plus complexe et des marges qui se réduisent.

> S'orienter vers les métiers de niches

Mais l'immobilier c'est aussi de nombreux métiers et domaines moins connus qui ne sont pas encore touchés par la crise. On peut notamment citer les métiers de la gérance, de la copropriété, de la maintenance, mais aussi les services immobiliers à destination des locaux professionnels. Même chose pour les métiers de la certification, du contrôle de la sécurité et des normes environnementales encore renforcées avec le Grenelle de l'environnement.

Toutes ces activités sont souvent intégrées dans de grands groupes comme Urbania ou Icade. La diversité de leur champ d'intervention fait que les besoins restent importants.

Même chose en amont sur les profils études : les projeteurs, techniciens études, responsables d'affaires sont traditionnellement des métiers pénuriques, cela ne devrait pas trop changer. Idem pour les métiers techniques, même si les mises en chantier ralentissent nettement, les besoins dépassent toujours le nombre de candidats.

D'une manière générale les métiers de l'immobilier restent assez ouverts, les entreprises du secteur misent souvent sur l'apprentissage et la promotion interne pour couvrir leurs besoins. Ces possibilités d'évolution sont à exploiter dans une période où l'activité ralentit.

Enfin, comme pour le secteur du BTP, l'immobilier devra développer de nouveaux marchés. La réhabilitation des logements, la mise aux normes de l'isolation des bâtiments, des sources de chauffage et d'énergie, constitue une bonne porte de sortie pour le secteur.

le 24/10/2008

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 700 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies