La distribution prévoit d'embaucher 30.000 jeunes en 3 ans

La distribution prévoit d'embaucher 30.000 jeunes en 3 ans

Les enseignes de la distribution prévoient pour les trois prochaines années, le recrutement en CDI de 30 000 jeunes de moins de 26 ans et de 1 600 salariés de 50 ans et plus.

La Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD) et les organisations syndicales CFDT, CFTC et FGTA-FO ont signé le 14 novembre dernier un accord de branche portant sur le contrat de génération dans le secteur du commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire.

Coopération entre générations

Dans le cadre du contrat de génération, les enseignes adhérentes à la FCD projettent de recruter 30 000 jeunes de moins de 26 ans et de 1 600 salariés de 50 ans et plus en CDI. Elles s'engagent également à maintenir à au moins 4% des effectifs la part des salariés de 57 ans et plus.

L'objectif est de "favoriser l'insertion durable des jeunes dans le monde du travail et soutenir le travail des salariés de plus de 50 ans" en s'appuyant sur le tutorat et la coopération entre générations. L'accord prévoit également des "mesures de nature à améliorer les conditions de travail et réduire l'exposition des salariés à des facteurs de pénibilité".

La FCD s'est félicitée de la mise en oeuvre du contrat de génération dans les enseignes de la distribution : "dans un contexte économique fragile, notamment pour les salariés les plus vulnérables face au marché du travail, la signature de cet accord relatif au contrat de génération est un élément positif pour le dialogue social dans notre profession".

Travail du dimanche : une loi en 2014

L'autre actualité du secteur, cette fois pour la distribution spécialisée, c'est la publication du rapport Bailly sur le travail du dimanche. Le débat et les contentieux autour de l'ouverture des enseignes de bricolage, de jardinage, et d'ameublement ont été importants ces dernières semaines. Un rapport avait été demandé par le Premier ministre pour élaborer des propositions répondant à la fois aux nouveaux modes de consommation et clarifiant les règles des différentes enseignes selon leurs zones d'implantation.

Le rapport, écrit par l'ex-patron de La Poste Jean-Paul Bailly, devrait permettre de dissiper le flou juridique concernant les dérogations pour l'ouverture du dimanche. Il préconise d'étendre de 5 à 12 douze le nombre de dimanches où les commerces pourraient ouvrir exceptionnellement. Ce qui rapprocherait la France de la norme européenne. Le rapport Bailly propose aussi de remettre à plat totalement la carte des zones autorisées à ouvrir le dimanche. Actuellement il existe deux types de zones : le Puce (périmètre d'usage de consommation exceptionnel prévoyant accord salarial, volontariat et compensation salariale) et les zones touristiques (pour lesquels il n'existe pas d'obligation sociale).

Harmoniser les droits des salariés

Pour éviter les distorsions juridiques entre ces deux types de zones et surtout harmoniser les droits des salariés le rapport Bailly suggère qu'une loi définisse des Périmètres d'animation concertés commerciaux (PACC) ou touristiques (PACT) au sein desquels l'ouverture du dimanche serait structurelle et les conditions sociales harmonisées.

En attendant que ces propositions se traduisent par une loi, prévue "courant 2014", reste la question des enseignes de bricolage qui demandent une dérogation permanente à l'instar de celle obtenue par le secteur de l'ameublement en 2008. L'harmonisation des pratiques devrait être effective d'ici 2015. D'ici là le rapport suggère une "solution transitoire" pour accorder des dérogations aux magasins de bricolage et éviter de nouveaux conflits.

le 05/12/2013 par Fabrice Mazoir

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies