La fonction publique raffole des CDD

La fonction publique raffole des CDD

Alors que syndicats et patronat cherchent à trouver un compromis sur la sécurisation de l'emploi, les 900 000 CDD signés par la fonction publique en 2010 font tâche.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais. En plein débat sur la "sécurisation de l'emploi", la fonction publique, l'Etat et les collectivités locales sont montrés du doigt. Leur tort ? Le recours massif à du personnel en CDD. Très précisément, fin 2010, la fonction publique employait 898 000 contractuels, soit 17,2% de ses effectifs. "On parle souvent des précaires dans le secteur privé. Il y en a beaucoup dans la fonction publique", expliquait récemment le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. En effet, contrairement au privé, les CDD sont renouvelables au sein de la fonction publique.

Alors que patronat et syndicats semblent avoir trouvé un accord sur la taxation des CDD pour en limiter son recours dans les entreprises, le chef de file de la CFDT demande à ce qu'il "s'applique aussi un jour dans la fonction publique".

Majoration des cotisations sociales
Vendredi, le patronat acceptait le principe d'une taxation de certains contrats courts. Un article propose ainsi de majorer la cotisation sociale d'assurance-chômage pour les CDD (+3 points pour les CDD de moins d'un mois et +1,5 point pour ceux de moins de trois mois). Sont exclus de ce dispositif les contrats saisonniers et les CDD de remplacement. En échange, les embauches de jeunes de moins de 26 ans en CDI seraient exonérées de cotisations chômage patronales pendant trois mois, "dès lors qu'il se poursuit au-delà de la période d'essai", selon le projet d'accord. Une concession qui devrait finalement arranger le patronat : d'après le Medef, les surcotisations coûteraient 110 millions d'euros contre des économies d'allégements de 155 millions.

Les Français attachés au CDI 
Ce projet d'accord devrait satisfaire une partie des Français. Selon un sondage BVA réalisé pour BFM Télé et le magazine Challenges, l'opinion publique se dit en effet largement opposée à la suppression du CDI (72%), même si les organisations patronales demandent plus de flexibilité et non pas la fin du contrat à durée indéterminée. La possibilité de faciliter l'embauche et le licenciement pour les entreprises semble en revanche mieux accepter. Plus de 40% des personnes interrogées s'y disent favorables contre seulement 27% en 2007. 

le 11/01/2013

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 700 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies