La gentillesse, facteur de productivité au travail

La gentillesse, facteur de productivité au travail

Comme chaque année depuis 2009, le 13 novembre est placé sous le signe de la gentillesse. Une journée pour rappeler que cette valeur n’est pas contraire au monde du travail…

Non-respect des codes de politesse, de courtoisie, violences verbales, comportements agressifs, propos discriminatoires et comportements inappropriés… La vie de bureau n’est pas un long fleuve tranquille selon 42% des employés Français qui ont répondu à un sondage du cabinet de prévention Eleas. Bref, au travail, comme ailleurs, l’enfer c’est les autres et ce au minimum 8 heures par jour, sans limite de temps. Mais s’il fallait au contraire essayer de vivre tous en bonne entente ? C’est le moment pour : le 13 novembre est officiellement la journée de la gentillesse.

La gentillesse ne paie pas (toujours)

Le magazine Psychologies, à l’origine de cette journée en France, propose même 14 bonnes pratiques pour « Mettre plus d'humain et de respect dans les rapports au travail ». Une initiative qui paraît d’autant plus nécessaire que les salariés victimes d’incivilités sont moins productifs et en moins bonne santé. Pour 67% des 20-34 ans et 59% des plus de 55 ans, elles sont sources de démotivation, elles contribuent à développer une mauvaise image de soi (44% des 20-34 ans et 29% des plus de 55 ans). Alors pourquoi faire preuve de gentillesse au travail ? Parce qu’elle a « une partition à jouer dans l’entreprise » consistant à « cet allégement de la pénibilité de la journée de travail », écrit Emmanuel Jaffelin, auteur de « Éloge de la gentillesse en entreprise ».

Les personnes considérées comme gentilles au travail percevraient cependant moins que les autres, selon une étude canadienne (10 000 dollars tout de même par an), mais ils sont aussi ceux qui se déclarent les plus heureux au travail. Une nouvelle preuve que l’argent ne fait pas tout…

> Augmenter les salariés suffit-il à les motiver

Plus ils sont aimables, plus leur satisfaction augmente. L’entreprise a tout à gagner à motiver ses troupes. Selon une autre étude réalise par des chercheurs de l’université anglaise de Warwick : « les travailleurs heureux utilisent le temps qu’ils ont plus efficacement, augmentant la vitesse à laquelle il peuvent travailler, sans sacrifier la qualité ». Leur performance est en moyenne de 10 à 12% supérieure aux gens qui ne sont pas heureux au travail. Un « bonjour » et un mot de félicitation seraient donc des outils de management susceptibles d’entraîner l’entreprise vers la réussite. Ça vaut en tout cas la peine d’essayer, non ?

> Comment rendre les salariés heureux ?

le 12/11/2015

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 700 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies