L'absentéisme reste élevé dans les entreprises françaises

L'absentéisme reste élevé dans les entreprises françaises

Selon le sixième baromètre de l'institut Alma Consulting Group, l'absentéisme dans les entreprises françaises baisse légèrement en 2013 mais reste à un niveau très élevé.

En moyenne, les salariés français sont absents 15,6 jours par an. Ce chiffre est en léger recul par rapport à l'édition 2012 de l'étude, avec un taux d'absentéisme passant à 4,26% en moyenne, contre 4,53% lors du précédent baromètre. Il reste toutefois haut, signe d'un climat social tendu ou d'une forte démotivation. Les DRH placent ainsi l'absence en première position des facteurs d'alerte de désengagement. 8 salariés sur 10 se disent pourtant attachés à leur travail.

Ce chiffre cache de fortes disparités. 55% des salariés n'ont ainsi eu aucune absence à signaler, soit une hausse de 4 points. Le coût de cet absentéisme est en hausse, passant de 6,98 milliards en 2012 à 8,83 milliards en 2013 dans le secteur privé, soit 1,7% de la masse salariale. Un remplacement plus fréquent des absents est à l'origine de cette augmentation des coûts.Il est intéressant de voir que les raisons invoquées pour cet absentéisme ne sont pas les mêmes du côté des salariés et des DRH. Ainsi, les DRH sont 63% à considérer le climat social comme bon ou très bon, alors que les salariés le jugent moyen ou médiocre à 54%.

Plusieurs facteurs influencent ce constat. Les secteurs d'activité affichent des chiffres contrastés. Si le BTP et l'industrie s'en sortent bien (respectivement 2,95% et 3,43%), ce n'est pas le cas des transports (6,76%) et des métiers de la santé (5,9%). Les cadres (2,14%) sont beaucoup moins absents que les ouvrirers (4,4%). Géographiquement, ce sont les bassins d'emploi situés près de la Méditerranée qui connaissent les plus forts taux (6,44%), devant le Rhône-Alpes (5,2%). Plus les équipes sont grandes, plus l'absentéisme est présent : le taux d'absentéisme est de 3,42% seulement dans les équipes de moins de 5 personnes contre 4,73% dans les équipes de plus de 20 personnes. Enfin, les entreprises ayant mis en place un accord social (télétravail, qualité de vie au travail, ...) sont deux fois plus épargnées : 4,1% contre 8,73%.

En complément

Le sixième baromètre de l'institut Alma Consulting Group a été mené avec l'institut CSA du 2 avril au 21 mai 2014 auprès d'un panel de 252 DRH et de 587 salariés représentatifs du secteur privé.

le 03/09/2014

Abonnez-vous à la newsletter emploi

En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU

Plus d'actualités de l'emploi

+ de 600 entreprises cherchent le candidat idéal, faites-vous remarquer !
DÉPOSEZ VOTRE CV

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies